Concert de l’Open Chamber Orchestra et Yaïr Benaïm le 13 janvier 2019

Une annonce de Yaïr Benaïm qui nous a dirigés en 2014 et 2015 :

« Concert à la découverte de compositeurs oubliés »
Par l’Open Chamber Orchestra

Le concert

Le concert aura lieu le dimanche 13 janvier 2019 à 17h au Pan Piper, un haut lieu de la musique actuelle.
Adresse : 2-4 impasse Lamier, dans le 11è arrondissement de Paris

Prix des places : 20 € tarif unique, placement libre, réservation uniquement par internet en cliquant ou copiant ce lien:
http://web.digitick.com/open-chamber-orchestra-concert-le-pan-piper-paris-13-janvier-2019-css5-panpiper-pg101-ri5846355.html

Le programme : « Du concerto à la sérénade »

– Olivier Greif, Amaryllis, mouvement de quatuor tiré de son quatrième quatuor à cordes, Ulysses
– Odön Partosh, ” Yizkor” pour alto et orchestre à cordes (1947)
– Paul Ben-Haïm, Music for strings (1956)
– Piotr Ilitch Tchaïkovski, Sérénade pour cordes
Soliste : Teodor Coman, alto
Direction, Yaïr Benaïm

La première partie du concert

L’Open Chamber Orchestra souhaite, pour ce début de saison 2018-2019, faire découvrir au public français deux compositeurs juifs européens qui, fuyant la montée du nazisme dans les années 30, se sont réfugiés dans la Palestine d’alors :

Paul Ben-Haïm (1897-1984), compositeur d’origine allemande, qui s’est rendu mondialement célèbre par sa Sonate pour violon seul créée et enregistrée par Yehudi Menuhin,
Ödön Partosh (1907-1977), d’origine hongroise, alto-solo de l’Orchestre philharmonique d’Israël et directeur de l’académie Rubin de Tel- Aviv,

Ces compositeurs m’ont particulièrement inspiré au cours de ma jeunesse en Israël. Les intégrer à un programme de l’Open Chamber Orchestra reflète un rêve que je porte en moi depuis longtemps.

J’ai souvent interprété leurs œuvres, avec émotion, en tant que violoniste et en tant que chef d’orchestre.

Ils ont développé un langage musical spécifique : dans la mouvance de Bartók et Kodaly, ils ont travaillé sur des thèmes et motifs juifs populaires, séfarades et ashkénazes, ou encore méditerranéens, tout en poussant les frontières de la tonalité.

Ces magnifiques compositeurs sont malheureusement quasiment inconnus en France.

A cela s’ajoute un troisième compositeur, français, Olivier Greif : Greif se forme au Conservatoire de Paris puis auprès de Luciano Berio dont il devient l’assistant, il compose des œuvres fortes qui utilisent notamment beaucoup la voix thème principal.

Ce concert permettra donc de faire découvrir Ben-Haïm et Partosh, et le patrimoine culturel important qu’ils ont légué à travers leurs œuvres, aux mélomanes français.

La seconde partie du concert

La seconde partie du concert est consacrée au grand chef d’œuvre écrit pour la formation d’orchestre à cordes, La Sérénade de Tchaïkovski.

Ce célèbre morceau est un vaste « chantier pour cordes », où Tchaïkovski laisse exprimer pleinement son métier de mélodiste et son amour pour les cordes. Il écrit d’ailleurs : « cette œuvre doit être jouée avec le plus de cordes possible » ! A chaque mouvement, nous entendons des motifs slaves, soit dans les thèmes, soit dans les chorales où les harmonies semblent sortir des églises orthodoxes.

Le soliste : Teodor Coman

Né à Bucarest en 1965, Teodor Coman emporte en 1986 le Deuxième Grand Prix au Concours International « Maurice Vieux » à Lille. Il enregistre alors régulièrement à la Radio et Télévision roumaines.

Reçu Alto Solo à l’Orchestre National d’Ile de France dès 1990, il est depuis 1995 soliste à l’Orchestre National de France, avec lequel il joue plusieurs fois en soliste. Parallèlement il mène une carrière de chambriste aux seins de différents quatuors à cordes, Arpeggione et Renoir.

Venez nombreux découvrir ces œuvres inconnues du grand public en Europe, et réécouter la sublime sérénade de Tchaïkovski !

A très bientôt,
Bien amicalement
Yaïr Benaïm

Laisser un commentaire